Warning: Parameter 1 to emailOptionnelBehaviors::publicPrepend() expected to be a reference, value given in /home/regardob/www/dotclear/inc/core/class.dc.core.php on line 304
Trépidations de vie - Regard Oblique

Trépidations de vie

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, juillet 21 2014

Retour de l'été

21 07 2014

Cela fait quelques semaines maintenant que le mercure a passé la barre des 30°C et que l'hygrométrie chatouille les 80%. Ma saison préférée a enfin pointé son nez !

Enfin pas tout à fait, mais depuis hier ca y est, les "Semi" que j'attendais et qui manquaient à l'appel sont enfin arrivées, semblant accompagner avec elles le début des matsuri de l'été.

Les semi sont ces insectes Japonais de la famille des cigales, mais dont le "chant" rendrait vertes de jalousie les nôtres. Car la semi doit être shootée à l'EPO au vu de ses capacités "musicales", avoisinant à s'en méprendre celle d'une perceuse à plein régime... avec un démarrage de pétrolette qui en fait tout son charme.

Je vous laisse d'ailleurs sur un live que j'ai enregistré dans un arbre voisin, en prenant mon courage à deux mains, car j'ai très peur des insectes !

Fichier audio intégré

Ete au Japon

mardi, mars 12 2013

Fashion Armageddon

12 03 2013

Aujourd'hui je lance une nouvelle tendance. Quoi qu'au Japon elle est plus personnelle qu'autre chose car c'est plutôt moi qui me mets à la page...

Masque moi

Cool non ? Ça fait un regard ténébreux vous ne trouvez pas ? J'ai lu que certains japonais portaient des masques pour cette raison, sujet à développer dans un prochain post sans doute.

Mon leitmotiv à moi n'est pas l'esthétique ceci dit, ni le "kabunshō" (rhume des foins) qui sévit fortement en ce début de printemps (et qui me permet par la même de le fondre dans la foule car un parmi tant d'autres à porter un masque), mais la présence d'un gigantesque nuage qui a envahi Tokyo hier, 2 ans après (à quelques heures près) la catastrophe de Fukushima.

Nom de code de la bête ? En japonais, PM2.5, qui correspond a la taille des micro particules qu'il contient (2.5um).
Origine ? La Chine et plus précisément la région de Pékin où les pauvres y sont déjà plongés depuis des mois maintenant.
La cause ? La sur-pollution générée par les usines chinoises ainsi que celle du parc automobile.
Son apparence? C'est là où c'est intéressant... Bien que prévu peu visible à l'œil nu, l'arrivée du nuage s'est couplée avec un phénomène rarissime de courant d'airs chauds et froids violents qui ont soulevé beaucoup de terre et ont crée un brouillard opaque digne d'un film catastrophe. La ville est passée en 5 minutes de la lumière à l'obscurité.

http://www.japantimes.co.jp/news/2013/03/09/national/pm2-5-sandstorms-to-reach-tokyo/#.UU9_ZI6iqsA

Pour revenir à la pollutions chinoise, les risques sont, d'après ce que j'ai compris, peu important pour nous du fait du caractère temporaire de l'événement, dixit l'ambassade française qui nous avait prévenu en avance (merci à eux).

Mais comme dit l'adage, mieux vaut prévenir que guérir. J'ai donc passé hier 45min, dans 2 pharmacies différentes, à détailler tant bien que mal les paquets de masques en tout genre - les prix variant de 300 yens (3 euros), cela nécessitait de s'y pencher un peu.

Masques achat

Impressionnants quand même ces japonais, il leurs aura fallut une journée seulement pour réagir et adapter leur campagne de pub pour l'événement !

Nous voilà donc équipé de 3 sets de masques spécial "gros nez" (comprendre "spécial gaijins") pour tenir la semaine, youpi !

Le truc qui va être rigolo maintenant c'est de choisir au mieux sa nourriture... au nord je choisis la famille nucléaire, au sud celle du PM2.5.

samedi, janvier 12 2013

Curry et cours d'anatomie

12 01 2013

Au rayon des petites anecdotes de ma vie Japonaise, aujourd'hui seront les médecins. En quelques mots seulement - pour une fois me direz vous - car j'aborderais la médecine elle même une autre fois.

Comme dans d'autres régions du monde, la profession y est assez respectée, et certains d'entre eux ont à cœur de faire savoir qu'ils en sont. Au pays de la modestie il faut par contre rivaliser d'ingéniosité...

Exit la choquante blouse blanche dans le métro comme à NYC*, et place à une autre technique, celle du meeting improvisé au restaurant entre un médecin aguerri et un novice. Discussion des moins discrète en terme de volume, mais ceci n'est rien comparé à la vidéo de 30 min faite pour étayer les propos...

bistouri.JPG

J'ai craqué au moment ou le bistouri tailladait en pièces la 2ème amygdale, me permettant de signifier à ces messieurs que même si leur travail m'intéressait (en pensée seulement car incapable de le dire) je souhaitais réussir à finir mon curry...

* Je pensais en avoir parlé mais il semble que non. Les agents hospitaliers aux USA font leurs "commute" en habit de travail, c'est à dire en blouse blanche ! J'avais demandé à une élève en médecine si ça la choquait et sa réponse avait été éloquente : "pourquoi ?".

lundi, mai 7 2012

Vive la république et vive la France

7 05 2012

Youpi ! Nous voilà avec un nouveau président.

Triste de pas avoir suivi l'élection en direct mais j'ai quand même ouvert un oeil à 4h du mat' pour voir le résultat... sans grande surprise.

Et même si j'avais été plus convaincu par le "changement c'est fait" après avoir vu le débat Sarko-Hollande il y a quelques jours, le discours de prise de fonction de ce dernier me laisse pantois... car il semble avoir perdu son charisme trouvé à la dernière minute et qui lui faisait tant défaut auparavant.

Advienne que pourra devrais-je dire puisqu'après tout, pas mal des faits, gestes et parties du programme du sortant m'ont dégoûté... mais il avait ces atouts faisant défaut au nouveau : une expérience internationale et une conscience que la France n'est plus seulement une nation de français dont il faut amadouer les révoltes, mais bel et bien un pays faisant parti d'un monde dont le maître mot est compétitivité.

Je vous laisse d'ailleurs sur un article somme toute violent mais qui résume bien le point de vue des marchés : www.reuters.com/hollande.


Bonne chance à vous monsieur le président, bonne chance à la France, et autant que faire ce peu, "rassemblons nous" !

samedi, décembre 17 2011

Mon coiffeur

17 12 2011

Petite histoire de vie, quotidien comme on en fait tant, mais qui dans ce pays du bout du monde revêt d'un exotisme plaisant.

Mon coiffeur, je l'ai choisi simplement en traversant la rue devant chez moi (j'ai depuis déménagé mais lui reste fidèle). Devanture verte fluo, VTT vert fluo et moto verte fluo parqués dehors, scooter old school japonais aussi, vert. Le salon de coiffure est design, comme tout ce qui se fait ici. Murs, mélange de béton armé lissé et de peinture de couleur... je vous laisse deviner.

Mon coiffeur, ou plutôt "mes", puisqu'il y en a deux, est un couple de trentenaire. Elle d'un look discret qui ne laisse transparaitre que douceur et gentillesse. Lui... Jean large estampillé "Fubu", chaussure de chantier à apparenter à des santiags, cheveux long de couleur noirs et teints d'un jaune douteux par endroits dans lesquels je verrai bien planté une plume de Sioux, et en guise de ceinture une grosse bande de cuir bardée de poches dans laquelle il jette délicatement ses instruments de torture... pardon, coiffure. Ca fait un bruit de clinquement quand il marche et pour peu je me croirais au farwest avec un indien du monde moderne prêt à me tailler le scalp.


Rassuré le premier jour en entrant dans la boutique; et a la vue de ses bras nus entièrement tatoués à la manière des Yakuza je lui ai timidement tendu mon badge de travail comportant une photos de moi avec les cheveux courts, me ravisant d'employer le vocabulaire que je venais d'apprendre pour la circonstance : "Kitte kudasai" - "Coupez (les cheveux) s'il vous plait"... me jurant que la prochaine phrase à connaitre serait "pas trop court derrière les oreilles, s'il vous plait".

Après avoir regardé la photo attentivement, ledit Amerindo-japonais a émis un son, "Onaji ?" (pareil ?), d'une voix fluette et à peine perceptible... Et la, comme dans une BD, j'ai scotché, puis étouffé un fou rire. Le maléfice etait levé ! La brute sanguinaire transformée en Bisounours était devenu par la même mon coiffeur préféré.

Pour être tout à fait franc, question coiffure c'est plutôt sa femme que je préfère et il semble bien qu'il préfère que ce soit elle qui s'occupe de moi, protocole oblige. Car, j'y viens, c'est bien du "cérémonial" dont je souhaitais parler à l'origine. La coiffure au Japon est loin de celle enjouée mais expéditive de NYC et encore plus loin de celle moins enjouée mais tout aussi expéditive de Paris.

Au commencement était la prise du manteau. Main tendues paumes vers le haut, légère courbette de la tête gratifiée d'un "sumimasen" (excusez moi) ; en toute simplicité. Pas de shampoing au début, on m'assoit directement dans le fauteuil de coiffure, et comme je suis maintenant un habitué c'est d'une jolie phrase que nous commençons la conversation qui en aura 2 (mon japonais est toujours aussi bon): "itsumo gurai?" (comme d'habitude ?). Fier de faire parti des anciens, et par la même de taire le regard de l'autre client qui me fais des yeux de "que fait un gaijin ici ?", je réponds d'un simple oui. On me mets une première petite serviette type rince doigt sur le col pour le confort, puis une autre petite pour faire étanchéité, et enfin on me passe le fameux "poncho" de coiffure. Pas de coupe à la tondeuse mais aux ciseaux. Je sens à peine les mains de la coiffeuse, délicatesse extrême et musique douce (française) en toile de fond (troublée seulement par les cliquetis des instruments de son mari amérindien). J'ai envie de dormir. Elle me met des barrettes dans les cheveux pour isoler les zones à couper ensuite, s'arrête de temps en temps pour vérifier l'exactitude de son travail, scrute avec attention mes expressions pour savoir si je suis satisfait, et coupe avec extrême prudence (et à mon grand regret) la zone grandissante de ma calvitie précoce.

Coupe finie, on m'enlève mon poncho et on me fait passer au shampoing. Là, avec tout le respect (donc cérémonial) que l'on doit à un client au Japon, on me met une serviette sur les genoux pour me protéger d'éventuelles éclaboussures, on allonge le siège et, surprenant, je me vois déposer sur la face un mouchoir en équilibre pour que je ne me retrouve pas les yeux dans les yeux avec le coiffeur. 100L d'eau après (l'écologie au japon c'est pas encore ça) et séchage des cheveux méticuleux (intérieur des oreilles comprises) il est toujours la en équilibre sur mon nez ! On me tend enfin une petite serviette humide et chaude pour 'm'éponger' le visage, en me gratifiant d'un sourire et d'un "Osukarasama desu", qui en traduction littérale donnerai "Votre dur labeur est fini (veuillez accepter de vous reposer)".

Dernier passage au stand coiffure non sans avoir remis délicatement mes cheveux droit afin que je n'ai pas trop peur de ma calvitie (l'attention est adorable mais bizarrement au bout de deux fois j'ai du mal à l'apprécier). Application d'un gel qui pétille sur la tête (j'ai demandé une fois l'utilité mais ne m'en souviens plus), massage de crâne et d'épaules, séchage de cheveux et enfin dernière retouche pour couper un cheveu qui dépasse - à chaque fois la mine très concentrée qui tente de me conforter dans le fait que le travail à été bien fait. J'approuve d'un hochement de tête, d'un grand sourire et d'un Arigato. Paiement en caisse, 3 coups de tampon sur ma "Pointo Cado" ("Point Card" - carte de membre) qui au bout de 3 ans n'a toujours pas atteint la coupe gratuite et on me raccompagne à la porte en me disant au revoir d'une courbette.

Une heure après être entre dans la boutique, je ressors heureux, me demandant alors comment je pourrais à nouveau apprécier le service à la française...

- page 1 de 9